Ma Photo

A lire sur Coachingleader

  • A lire sur CoachingLeader le blog

Ils parlent de nous

  • Le monde 

  • Europe1_2 

  • Indice_rh

  • Apec_2 Le_figaro

    Copie_de_logo_keljob_3 Logo_france_info_3

Licence

On se connecte?

SOCIAL BOOKMARKS

  • Google Reader or Homepage

    Add to My AOL
    Add to Technorati Favorites!

  • Add to My Yahoo!
  • Add to Netvibes

Blogspro

Qui cherche Trouve

  • French2linkedin

  • Une fois sur Google cliquez sur "web" ou sur "CoachingLeader"

    web coachingleader

CoachingLeader Music

  • Ladies and some gentlemen

Wanted!

Fenêtre sur l'actualité

Référencement

  • Wikio - Top des blogs
  • Slotfrenchweb_3   

  • Boost
  • logo lamoooche annuaire rss
  • Référencé par Blogtrafic
Blog powered by Typepad
Membre depuis 02/2006

webstats

« 6/10: Etes vous coachable? La prise de poste: nager ou couler | Accueil | Joyeuses Pâques »

15 avril 2006

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Isabelle de Penfentenyo

Je connais ce concept et il me dérange: il revient à se considérer un peu en objet, ce qui est, à long terme, contre productif. J'entends que l'un des maux du monde est la considération et la relation d'objet entre les humains, et que ce process en remet encore une couche.Je dis toujours à mes clients, que ce n'est pas eux qu'ils vendent mais le service qu'ils rendent: nuance...et ça marche, parce qu'à un niveau subtil la personne sort justement de l'objectisation et déplace le problème.Il me semble que travailler sur la confiance en soi est tout aussi efficace

Veronique de CoachingLeader le blog

Il ne s'agit pas de faire de comparaison entre les méthodes pour savoir laquelle produit des résultats ou pas. Il ne s'agit pas non plus de jouer sur les mots quand on sait que savoir "se vendre" veut par extension dire "savoir communiquer et mettre en valeur ce que l'on apporte à l'entreprise".

C'est bien pour cela que j'écris dans ma note que le coeur de la démarche est de mettre en exergue ce que la personne apporte de différent et d'unique. J'ajoute aussi que tout repose sur le fait qu'il est nécessaire de croire en soi au préalable, quitte à se faire accompagner pour retrouver ou renforcer cette confiance en soi.
Ces deux points apparaissent clairement lors d'une lecture attentive de la note.

Par ailleurs, ne nous voilons pas la face,les personnes qui vivent au quotidien la réalité de l'entreprise savent pertinemment qu'y vivre caché n'est pas y vivre forcément heureux, et que justement pour ne pas être considéré comme un "objet" sans interêt aucun ou complètement interchangeable, il faut s'y profiler intelligemment.
Voilà pourquoi enfin le marketing personnel est loin d'être un process. C'est beaucoup plus simple que cela. C'est surtout une attitude positive et proactive de gestion de sa propre image dans le cadre professionnel.

Isabelle

Véronique, il n'y avait pas d'agression dans mon commentaire... mais à mon sens, les mots sont importants, car s'ils sont véhicules de la pensée, ils sont aussi énergie créatrice. Je ne joue pas sur les mots, je crois juste important de leur reconnaître leur juste valeur: communiquer est certes essentiel, encore faut-il être clair sur ce qu'on communique, car au delà de chaque mot, c'est un univers qu'on communique. L'expression se vendre me dérange parce qu'elle sous tend une idée d'objet. Bien sûr, chacun sait, à un certain niveau, qu'il s'agit de communiquer sur la valeur de ce que l'on apporte, que ce soit dans l'entreprise ou dans le monde en général, mais il y a un autre niveau, non-dit, inconscient, qui s'imprègne malgré soi.
Je ne vous critique pas, loin de là, je parle seulement de ma conception des choses, et n'est-ce pas l'objectif du blog que de partager des idées, y compris différentes? :-)

Rufino

Chère Coach,

Je crois qu'il y a en effet dans votre approche des choses une sérieuse erreur de perspective.

De mon point de vue, la question n'est pas de se vendre, de promouvoir son image, etc.

Se considérer soi comme un objet (cf commentaire d'Isabelle), en dit long sur la manière dont on risque de considérer les autres en particulier et le monde en général.

Un coach me semble-t-il n'a pas à proposer à l'autre de devenir une image.

Il vise plutôt à permettre à son client de se trouver lui-même. Non pas devenir un objet pour l'autre mais un sujet pour lui-même.

Miracle!, devenant sujet pour lui-même, il devient sujet pour l'autre. Plus beoin de marketing, l'authenticité suffit.

Bien à vous,

Rufino

Veronique de CoachingLeader le blog

Isabelle et Rufino, merci pour vos commentaires.

Je comprends;les expressions "marketing personnel" , "vente" et "image" peuvent faire bondir les praticiens que vous êtes, parce que perçues comme chosifiantes, réifiantes et vidant l'individu de tout son sens.

C'est un point de vue parmi d'autres.Je l'accepte comme non- exclusif. On pourrait aussi ajouter au débat, les dégats provoqués, s'il en est, par l'expression " marché du travail" par exemple...
Mais ce n'est pas mon propos.

Il existe sur cette terre, dans des endroits appellés entreprises, des personnes que nous nommerons cadres et qui en plus de leur savoir-faire, veulent ajouter à leurs compétences, l'aptitude à "faire- savoir" ou à rendre intelligible par tous, la valeur ajoutée qu'ils apportent en tant que personne à l'entreprise.
Pourquoi?
Parce que cela ne va tout simplement pas de soi.
Parce que cette valeur ajoutée conditionne le fait qu'un poste soit conservé ou pas.
Parce que cette valeur ajoutée conditionne le fait que l'on soit choisi pour une promotion ou pas.

Et quelquefois, ces cadres là, conscients de leur apport spécifique, ont pragmatiquement besoin d'un coup de pouce pour apprendre à mieux parler d'eux et communiquer lerus résultats.
Et là, et seulement là, ils considèrent que leur contribution est pleinement accomplie.

C'est cette perspective- là que je comprend parce que c'est la leur.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.